Sense-City, le simulateur climatique pour la ville de demain

13.04.2018

La halle climatique mobile Sense-City a été inaugurée le 3 avril dernier pour étudier l'impact du climat sur la ville du futur. Cette plateforme R&D, installée sur le site de l'Université Paris-Est, va permettre de tester les dernières innovations dédiées à la mobilité urbaine.

Sense-City, équipement d’excellence

Sense-City est une immense halle bleue, lourde de 200 tonnes, qui se déplace, sur rail, au-dessus de deux mini-villes de 400 m2. L’une est déjà en grande partie construite, avec sa route, ses feux de circulation, son éclairage urbain, son chalet de bois et son immeuble en béton ; l’autre le sera d’ici à la fin de l’année. Sur chacun de ces espaces, les ingénieurs ont construit
une portion de territoire, équipée de multitude de capteurs. De quoi étudier la performance des aménagements et de matériaux urbains, tout en contrôlant la pollution atmosphérique, de l’eau ou des sols.

Cet équipement d’excellence – financé par l’Agence nationale pour la recherche dans le cadre du programme des investissements d’avenir – est capable de simuler une large variété de situations climatiques.

 

Une mini-ville bourrée de capteurs

La halle abrite une petite dizaine d’expérimentations différentes. La première mini-ville va accueillir des projets scientifiques portant sur la performance de la géothermie, le monitoring des mobiliers urbains et sur les matériaux innovants dans le bâtiment.

Parmi ces expérimentations, deux d’entre elles concernent directement le monde de la mobilité. Ainsi la solution CONNECTe-CITY doit permettre de piloter à partir d’une interface unique toutes les installations électriques urbaines : éclairage public, feux tricolores, caméras de vidéoprojection, capteurs de qualité de l’air, bornes de véhicules électriques, ou encore panneaux à messages variables.

 

Expérimentation de Connecte-City : hyperviseur interopérable

Actuellement, les villes utilisent un logiciel différent pour chaque type d’équipement électrique. CONNECTe-CITY proposera un hyperviseur interopérable, c’est-à-dire une interface capable de centraliser toutes les données produites par ces systèmes, afin de les rendre lisibles et exploitables instantanément » explique Emmanuel Dallery, responsable d’affaires chez Citeos.

Citeos fait partie du consortium public-privé Connecte-City, qui regroupe également Actemium, Arcom, Factory Systemes, Actility, CETU ETIcS (Université de Tours) et l’ESIEE, en partenariat avec l’Ifsttar. Pour chaque test mené à Sense-City, un scénario type a été prévu. Ainsi, en cas d’accident filmé à un carrefour, les feux tricolores deviennent clignotants pour laisser passer les véhicules de secours. Connecte-City entend également optimiser la maintenance : chaque luminaire est doté d’un capteur détectant sa consommation, mais aussi les pannes, ce qui limite les déplacements des équipes chargées de vérifier l’état des installations.

Un autre capteur doit aider les automobilistes à repérer les places de stationnement libres, cela pourrait être signalés par les panneaux à message variable ou par une application appelée CityZen » souligne Emmanuel Dallery. Les premiers tests débuteront en juillet 2018 après la mise en place d’un réseau de communication dédié. « Nous utilisons une nouvelle génération de capteurs LoRaWAN (radio longue portée), caractérisés par une très longue durée de vie. Nous privilégions l’usage d’équipements peu gourmands en énergie », complète-t-il.

Source : article « Sense-City, le simulateur climatique pour la ville du futur », BUS & CAR CONNEXION.